Où est la liste Goldblatt sur les affaires de kidnapping ?

L’ancien ambassadeur français François Goldblatt a remis aux autorités malgaches en février 2015 une liste de suspect inculpé dans des affaires de kidnapping. Où est cette liste ? Que fait notre gouvernement face au recrudescence des affaires de kidnapping ces derniers jours ?

La liste Goldblatt risque -t-elle le même sort que la liste Beriziky sur le trafic de bois de rose ? Visiblement, cette liste des personnalités mouillées dans des affaires de rapt remise par François Goldblatt en février 2015, reste lettre morte. Alors qu’après la libération d’un collégien français victime d’enlèvement, le diplomate français a remis aux autorités malgaches, à savoir la Présidence, la Primature et certains membres du gouvernement un document dénonçant des hautes personnalités « susceptible d’être mouillé dans les affaires de kidnapping » de 1995 en 2014 avec des photographies à l’appui.

Le rapt de deux opérateurs économiques français en l’espace d’une semaine inquiète le monde des affaires. Personne n’est plus à l’abri  des actes de banditismes. Surtout quand on sait que l’un des opérateurs a été enlevé dans l’enceinte d’un collège privé à Amparibe au nez et à la barbe de son garde du corps armé le 11 août dernier.

Que fait le gouvernement ?  Une cellule anti-kidnapping a été mise en place au sein du ministère de la Sécurité publique. C’est le ministre, Blaise Randimbisoa, lui-même qui dirige personnellement le combat contre les affaires de kidnapping à Madagascar. Et aucune arrestation jusqu’ici. Fallait-il encore une collaboration des forces de l’ordre français pour être plus efficace ?

Les principales victimes de rapt sont des ressortissants français. Et ingérence ou pas, François Goldblatt a tapé du poing sur la table, a humilié peut être l’Etat malgache ou son service de renseignement avec ce document comportant des renseignements, collectés entre 1995 et 2014. « La liste comporte des noms et des fonctions des agents haut placés : des fonctionnaires, des forces de l’ordre. Ils sont cités en tant que complices, dans ce document. Je ne peux pas vous fournir  plus des détails. C’est confidentiel! D’ailleurs les affaires de kidnappings sont très délicates. De ce fait, nous faisons beaucoup attention », déclare le ministre dans le colonne de l’Express de Madagascar.

L’exécution « sommaire » de Mahandry et consorts dans la nuit du 25 mars 2005 n’ont pas mis fin aux affaires de kidnapping. Tout comme la liste Goldblatt.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s